AccueilGalerieCalendrierRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ENVOYE SPECIAL : Hélène sans les garçons (1993)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rasko
Le prophète
avatar

Masculin Nombre de messages : 47845
Habitation : Finlande
Caractéristique : Présente un fort goût aigre au niveau du bas ventre.
Mouvance : Diane Robertiste
Citation préférée : Atta, c'est quoi cette variante ?

MessageSujet: ENVOYE SPECIAL : Hélène sans les garçons (1993)   Mar 29 Juil - 17:33

Bizarrement, je pense qu'on est beaucoup à avoir vu ce reportage, mais j'ai pas trouvé de topic attitré (alors qu'il le mérite largement).

Une analyse sitcomologique s'impose donc.


Reportage d'Envoyé Spécial, une référence en la matière dans les 90's. La chaîne publique s'intéresse au phénomène Hélène. A la fois drôle et moqueuse, la présentation en générique AB des principaux protagonistes de l'objet étudié vaut le détour.


Azoulay le poète, fallait oser!


Aujourd'hui on parlerait d'antisémitisme!


Fallait-il vraiment avoir confiance en cette "confidente" ?


Gérard, le Chris Bauer d'AB.


Hélène... c'est Hélène.


Le reportage nous fait directement rentrer dans la folie AB de l'année 1993. On y voit un mioche accoster sans gêne une Hélène pressée et somme toute bien obligée de faire bonne figure devant la caméra. Le gamin lui déballe alors toutes ses connaissances sur l'univers AB, puis annonce fièrement à son idole être venu voir son "pesctacle". Jacky observe la scène, mi-amusé mi-affligé.


Devant les grilles de Bercy, ça se piétine. Ici pas de pitié, on est prêt à faire six heures de queue, se taper les Jumelles en première partie, si c'est pour être au premier rang pour voir Hélène.


On finit par rentrer dans l'antre, surpeuplée d'idolâtres de la belle Hélène. Et quand la journaliste demande à une gamine lambda « Hélène c'est quoi pour toi ? », elle hésite puis répond de manière assez flippante : « C'est une fille... parfaite ».


Très vite, on constate que la foule n'est pas composée uniquement d'adolescentes en transe. Les mamans sont là, en force, un brin honteuse quand elles avouent être heureuses d'assister à ça.


Pin's, briquets, casquettes, panini...etc, le reportage ne pouvait pas ne pas s'attarder sur la puissance du merchandising. JLA-Georges Lucas, même combat.


Un papa plus que respectable, qui devait surement beaucoup aimer sa famille, explique que « oui y'a bien un phénomène Hélène, mais moi je hais Hélène. Pour une simple raison, c'est qu'on peut rien voir à la télé autre chose que Hélène ».


Après nous avoir infligé le live de "Hélène je m'appelle Hélène", repris (hurlé) en chœur par le public, les journalistes s'attardent sur un autre aspect vital du concert : trouver la preuve qu'on était bien là. Et quoi de mieux qu'un autographe d'Hélène, un souvenir pour l'éternité. Et tant pis si ceux qui auront la précieuse signature sont ceux en réalité qui possèdent la carte officielle du Club Dorothée. On est fan premium d'AB où on ne l'est pas. Ses fans, Hélène adore en parler, quitte à en faire trop : « On essaye de leur rendre un peu le bonheur qu'ils nous rendent. On fait la fête ensemble ». Et quand la journaliste lui demande ironiquement si cet amour est sincère, la réponse d'Hélène est attendue quoique trop surjouée :  « Oh oui alors ».


Passé les inintéressantes paroles de la néanmoins adorable Hélène, les journalistes investiguent sur ce qui a fait le succès d'Hélène : la sitcom Hélène et les Garçons. Ils interrogent alors Gérard Espinasse, un des réalisateurs clé. La journaliste lui demande s'il se retrouve dans l'intrigue. Sa réponse est révélatrice du regard que portent ces professionnels sur leur travail : « Oui, on a les textes la veille, alors on a toute la nuit pour y penser. Et puis c'est souvent très... très simple. Il n'y a jamais de choses trop compliquées donc on a pas de problèmes. Il y a quand même, en général des choses qui sont un petit peu systématiques, on se retrouve toujours dans une même ambiance. Donc on essaye de filmer, d'une certaine façon, et de se tenir à une sorte de bible. C'est pour qu'il n'y ait pas de confusion possible et qu'on se retrouve bien dans Hélène. ». Encore une fois, la journaliste butte sur le mutisme des personnels d'AB sur les fameuses raisons du "phénomène Hélène" : « Moi je ne m'explique pas du tout le succès d'Hélène ! »


Du côté des scénaristes, les journalistes ont la chance de questionner Emmanuelle Mottaz, filmée en pleine conception d'un épisode. Coca light sur la table, concentration maximale pour l'écriture de sa sitcom maîtresse...

[/i]
La scène Nicolas et Hélène dans le garage, un classic shit.


Manifestement, Patrick ne semble pas présenter un grand respect pour la qualité des dialogues mottaziens.


Attention, moment culte de tentative d'explication de ce que est Hélène et les Garçons quand la journaliste demande à Mottaz si elle a l'impression de livrer une forme de message aux jeunes : « Ah je pense ouais. Sans bien sur se prendre la tête là dessus. Mais je pense qu'en effet on écrit pas pour soi, je veux dire moi j'écris pour les autres. Et c'est vrai que si je peux être bien, juste en tout les cas, ça fait plaisir. J'espère que les gens le comprennent comme ça, et je pense que tous les jeunes qui regardent (et les moins jeunes) aiment parce qu'il y a une moralité, un message qui n'est pas intellectuel parce que c'est le message de la vie... comment on doit se conduire dans la vie, le plus juste possible par rapport à l'autre et Hélène et les Garçons c'est ça ».


Montage amusant des journalistes qui enchaînent les propos inspirés de Mottaz par un plan sur un Patrick Puydebat complètement ahuri.


Fin de cette première partie sur un échange entre la journaliste et un groupe de trois adolescentes. On leur demande alors ce qui peut tant leur plaire dans Hélène et les Garçons. Les réponses fusent assez rapidement, non sans contradictions dans leurs propres paroles : « Bah, ça détend. Parce que après une journée d'école, c'est fatiguant, ça repose. Et puis ça raconte un peu la vie... des gens.
Ça reflète bien les problèmes des jeunes. Les problèmes de drogue, le sida, les régimes, le poids, ça reflète tout quoi, ça explique tout. Ca nous apprend à bien vivre, à faire attention à nous.
Oui ça nous apprend avec les garçons. Parce que le principal sujet du feuilleton c'est les problèmes sentimentaux. Y'a que ça... c'est pour ça que ça plaît aux jeunes. Et pas qu'aux jeunes, aux parents surtout, ma mère elle aime bien beaucoup (sic). Ils disent partout dans les magazines que ça plaît beaucoup aux parents. Je sais pas, j'ai pas vérifié.
Ca ressemble un petit peu à la réalité des jeunes, pas à 100 %. Ce serait bien que ça ressemble complètement, que ce soit pareil que dans la vie, ce serait plus beau. La vie serait plus belle à vivre »
.
Revenir en haut Aller en bas
http://sitcomologie.over-blog.com/
Texas-night
Tweeteuse compulsive
avatar

Féminin Nombre de messages : 11508
Habitation : Chez le Dr Anthony
Caractéristique : Pradaliste convaincue
Citation préférée : "La vie HAHA! J'la bouffe, J' la bouffe aux travers de mes passions." Virginie Pradal

MessageSujet: Re: ENVOYE SPECIAL : Hélène sans les garçons (1993)   Mar 29 Juil - 18:13

Excellent Rasko!  

C'est tellement ça.   
"Jacky observe la scène, mi-amusé mi-affligé."

Et Mottaz qui joue encore avec ses cheveux pour le plaisir de l'ami Drag.  
Revenir en haut Aller en bas
Dragqueen_Unijambiste
Serial giffeur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5193
Mouvance : Muscliste à tendance Vivèsienne, Mottazien invétéré
Citation préférée : Ouais, ça c'est....

MessageSujet: Re: ENVOYE SPECIAL : Hélène sans les garçons (1993)   Lun 17 Nov - 0:43

@rasko a écrit:



Gérard, le Chris Bauer d'AB.


Putain ouais c'est vrai
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ENVOYE SPECIAL : Hélène sans les garçons (1993)   

Revenir en haut Aller en bas
 
ENVOYE SPECIAL : Hélène sans les garçons (1993)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episodes spéciaux en prime
» La trilogie Hélène et les garçons (1992-2005)
» Mallaury Nataf [Lola]
» Hélène et les garçons par le Palmashow
» Gaspillage alimentaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la sitcomologie :: La sitcomologie, LA science des sitcoms AB :: Sitcomologie :: Documentation AB :: Quand la télé parle d'AB-
Sauter vers: